Moeha

Mes achats

  • Votre panier est vide

La vanille en quelques dates

Entre 1512 et 1516 : Des premières gousses de vanille auraient été ramenées et présentées à la cours d’Espagne.

1518-1525 : Cortès découvre la vanille lors de la conquête de Tenochtitlán et il aurait ramené ensuite des gousses et des plants de vanillier du Mexique à la cours d’Espagne. En fait l’arrivée des premières gousses de vanille en Espagne n’est pas vraiment précise ainsi que les noms des personnes qui les ont transportées.

1565 à 1815 : Les Espagnols expédient différents plants de différentes variétés de vanille du Mexique vers Manille aux Philippines (dont des plans hybrides de vanilla planifolia et vanilla orodata déjà créés par les Mayas dans les territoires de Belize au sud de Mexico et du  Guatemala actuel ?). Les Mayas avaient certainement déjà commencé l’amélioration des vanilles par croissement des variétés endémiques locales.

1602 : Les premières gousses de vanille arrivent à la cours de la reine Elisabeth d’Angleterre et à la cours de France. Charles de l’Ecluse publie en France une description naturaliste de la gousse de vanille en 1607. Dans le siècle, Louis XIV initie une première tentative d’introduction de plants de vanillier à l’île Bourbon mais qui échoue.

1807 : Le premier vanillier, en provenance de la Caraïbes, fleuri en 1807 dans la serre de Charles Greville à Padington en Angleterre.

Chemin de la vanille

1812 : Des plants de vanille arrivent de Guyane en France.

1819 : Le commandant Philibert ramène des plants de vanille de Guyane (vanilla Pompona) à l’Ile Bourbon.

1820 : Le commandant Philibert ramène des plants de vanille des Philippines (amenées précédemment par les Espagnols) à l’Ile Bourbon.

1822 : Des plants de vanille issus du Mexique sont ramenés à l'île de La Réunion par l’ordonnateur de l’île Bourbon  du Muséum de Paris où ils avaient été précédemment ramenés du Mexique.

1836 : La pollinisation artificielle est découverte en Belgique par Charles Morren au jardin botanique de Liège. Une année plus tard par Le français Charles Henri François Neumann.

1841 : Année importante pour la vanille. Sur l’île Bourbon, Un jeune enfant créole de 12 ans, Edmond Albius découvre la méthode de pollinisation artificielle à appliquer sur le terrain et qui permet enfin l’essor de la production des gousses de vanille à travers le monde.

En Guadeloupe et en Martinique, la production de vanille a débuté vers les  années 1840. Les plantations furent assez importantes. En 1918, les exportations de vanille de la Guadeloupe atteignirent près de 45 tonnes pour être aujourd’hui inférieures à 200 kg. Il reste des plants de vanille redevenus sauvages dans la réserve naturelle du nord de la Martinique ainsi qu’en Guadeloupe (vanilla flagrans et pompona). De nos jours, la Guyane produit quelques centaines de kilo de vanille comme La Nouvelle-Calédonie, enfin Mayotte produit plusieurs tonnes de vanille selon les années.

Entre 1845 et 1875 : Des plants de vanilles sont ramenés de La Réunion à Tahiti.

1848 : Des plants de vanilles sont ramenés des Philippines à Tahiti par l’amiral F. Hamelin de la frégate La Virginie (des plans hybrides de vanilla planifolia et vanilla orodata déjà créés par les Mayas dans les territoires du  Guatemala actuel ?) et constituent le socle premier de la variété vanilla tahitensis et dont les extraits « d’absolu » des gousses serviront à la création des premiers grands parfums parisiens.

1850 : Des plants de vanille (vanilla Pompona) sont ramenés des îles des Antilles à Tahiti ainsi que des vanilles de Guyane. Un autre amiral, qui se prénommait Bonnard, importe des boutures de vanille Bourbon et de la vanille antillaise : la « pompona », issue de la serre du jardin des Plantes de Paris. De différents croisements habiles, qui donneront les premiers cultivars, va naître la vanilla « tahitensis » dite tahitienne, riche en composantes aromatiques.

1874 : Des plants de vanille du Mexique sont à nouveau ramenés à Tahiti pour améliorer les variétés existantes.

1898 : Des plants de vanilla planifolia de l’île de la Réunion sont  nouveau ramené à Tahiti. C’est à partir de la fin du XIXème siècle qu’une quinzaine de cultivars seront effectivement présents dans les îles de la Société.

Paiement possible avec :